ARCPOLE | Georges Neyret / Olivier de Boismenu
22172
page,page-id-22172,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.4,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

Photo Goerges et Olivier

2000

Association de Georges Neyret et Olivier de Boismenu.

Création de l’agence Arc/pôle ( SARL d’architecture)

.

GEORGES NEYRET 

1983 : Architecte D.P.L.G. (E.A.V.)

1984 : DEA d’urbanisme à Paris XII-Créteil

1997 : Création de l’agence ARCHIPÔLE

.

OLIVIER DE BOISMENU

1984 : Architecte D.P.L.G. (E.A.V.)

1987 : Bourse Villa Médicis Hors les Murs

1992-2002 :Co-fondateur de Cita, nomination Equerre d’argent

1995-2001 : Enseignant UIUC à l’Université d’Illinois

depuis 2008 : Enseignant à l’ENSA Paris la Villette

depuis 2012 : Architecte Conseil de l’Etat

 

.

PORTRAIT

Dans un contexte urbain en constante évolution, notre aspiration commune à une architecture empreinte de sens, d’urbanité, de valeurs d’intemporalité, est à l’origine de notre association en 2000.
Depuis sa création, Arc/Pôle conduit une grande variété de projets de tailles et de complexités diverses, notamment dans le domaine du logement social (ou privé) et du médico-social.
Ancrés dans des environnements parfois difficiles, nos projets traduisent une volonté de confronter chaque nouveau programme à la spécificité d’un lieu, d’un quartier, d’une ville, afin de renouer des rapports entre les éléments par des interventions aussi concertées que mesurées.

Ainsi en témoignent des opérations qualifiées d’hospitalières, découlant d’une attention particulière au site, au tissu urbain et au bâti environnant. Elles permettent d’aborder la mixité comme un défi, car qu’elle soit programmatique, d’échelle ou d’usage, nous sommes convaincus qu’elle est génératrice de qualités fondamentales pour  toute vie sociale.
Qualités obtenues en diversifiant les séquences visuelles, les variations d’échelles et les typologies, en apportant le plus grand soin aux espaces de transition entre la ville et le logement – seuils, parvis, allées, cours, passages, jardins collectifs ou privatifs. La volonté de proposer des parcours, des promenades architecturales et urbaines (des « traboules ») est récurrente d’un projet à l’autre.
A cette réflexion sur la constitution de la ville, de ses rapports entre pleins et vides, fait écho le travail attentif sur les plans qui se concentrent sur la diversité des expositions, le traitement des différents angles de vues et les modes d’habiter des futurs habitants.
Servie par une écriture nette et concise qui se refuse au spectaculaire pour aller à l’essentiel et tenir les budgets, cette vision de l’architecture fait sienne le recours à des matériaux pérennes et le souci du détail. Pierre, brique, enduit, bois, verre et métal judicieusement associés constituent souvent le fil directeur d’un projet.
Le principe de répétition n’est pas exclu dès lors qu’il suscite des variations, des événements retenus  et localisés répondant à une exigence particulière du site ou du programme – ici une série de failles pour impulser un rythme à la façade, là un balcon protégé des regards, plus loin un pan de mur qui capte la lumière pour irradier une cour, etc…
Eviter la surenchère, l’architecture d’images, bavarde ; assumer la sobriété de son notre expression autant que la permanence de ses nos références. Notre démarche, basée sur l’échange et sur l’écoute, s’appuie sur un étroit partenariat entre maître d’ouvrage et maître d’œuvre. Notre présence soutenue sur le chantier et une relation de confiance avec l’entreprise permet d’inscrire leur notre travail dans la durée et d’établir une vraie pérennité dans les relations avec l’ensemble des acteurs qui portent les projets.